Cheveux Chéris : des aristocrates hurluberlu(es) aux aborigènes blonds !

ob_103ed5_img-0477-353x581
Partagez ce billet :

Du 18 septembre 2012 au 14 juillet 2013, les cheveux s’exhibent au musée du Quai Branly dans l’exposition Cheveux Chéris, Frivolités et Trophées.

Musée du quai branly - exposition cheveux chéris

Entrée du musée du Quai Branly

Chez Orphya, nous nous adressons à toutes les femmes qui souhaitent sublimer leur chevelure. C’est donc avec enthousiasme que nous nous sommes rendues à l’exposition Cheveux Chéris, Frivolités et Trophées du musée du Quai Branly pour un voyage sensoriel épatant.

Exposition Cheveux Chéris - entrée de l'exposition

Dès notre arrivée, les portraits pop et colorés nous accueillent : nos yeux pétillent devant toutes ces couleurs et ces coiffes aux formes inattendues.

Au fil de l’expo, de salle en salle, on découvre installations, photographies, films,  huiles sur toiles, reliques, bijoux, perruques du monde entier. Le cheveu se met en scène dans toutes ses transformations, dans tous ses états, dans toutes les civilisations.

C’est ainsi qu’à 50 cm du portrait du roux et chevelu Childéric 1e, roi des francs, une installation fait danser une chevelure folle en l’air à l’aide d’un ventilateur posé au sol.

Exposition Cheveux Chéris - portrait de Childéric 1e, roi des francs

Childéric 1e roi des francs (539-584)

 

La coupe emblématique et politisée d’Angela Davis arborée par un comédien rappelle celle des athlètes de l’équipe des « Bouffant Belles » qui était étudiée pour maximiser leurs performances sportives.

Exposition Cheveux Chéris - comédien dans le rôle d'Angela Davis

Photographie de Samuel Fosso (1962) – Série African Spirit 2008

 

Exposition Cheveux Chéris - équipe des bouffant belles

Neal Barr, L’équipe texane des Bouffant Belles lors du départ d’une course, 1964

 

De jeunes aristocrates hurluberlues prennent la pose : la coiffure à l’hurluberlu était une coiffure très trendy à l’époque…

Exposition Cheveux Chéris - jeunes femmes coiffées à l'hurluberlue

Portrait présumé des 3 filles de Mancini qui avait épousé une des soeurs de Mazarin, coiffées à la hurluberlu, coiffure en vogue dans les années 1670

 

Au 19e siècle, on immortalisait la beauté des femmes en les photographiant… de dos !

Exposition Cheveux Chéris -Marie Laurent photographiée de dos

Félix Nadar (1820-1910), MARIE LAURENT, DE DOS, vers 1856

On croise des coiffes chinoises de tradition millénaire qui ressemblent à s’y méprendre aux non moins anciennes vanilles africaines

Exposition Cheveux Chéris - coiffe chinoise de tradition millénaire

COIFFE DE FEMME, Miao. Liuzhi, Guizhou, Chine, XXe siècle

 

On apprend que l’on portait le cheveu en accessoire, bijou ou ceinture, en Inde tout autant qu’en France…

Exposition Cheveux Chéris - bijou de cheveux

Médaillon, France, fin XIXe siècle, cheveux, carton, verre, bois

 

Exposition Cheveux Chéris - ceinture en cheveux Inde

PLASTRON DE GUERRIER – Maga, Magaland, Inde, début du XXe siècle. Bois, poils de chèvre et d’ours, cheveux, toile, rotin, couris

 

On découvre également que les aborigènes d’Australie peuvent être tout aussi blonds que les autrichiens.

Exposition Cheveux Chéris - Aborigène d'Australie blond

Edmond Demaître (1906-1991), HOMME BLOND, DOLICEPHALE ARTIFICIEL, 1930-1935

 

Ce qui nous frappe, au sortir de cette expo, ce sont les similitudes entre toutes ces transformations, usages et symboliques du cheveu. Comme une initiation anthropologique, l’exposition Cheveux Chéris nous emmène au coeur d’un universel humain.

En somme, Cheveux Chéris est une exposition à voir absolument !

Partagez ce billet :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code