Racisme capillaire ? Quand Air France suggère le défrisage à ses employés aux cheveux afro

ob_5a2d732377a98ea7e0850b4e24fc430b_air-france
Partagez ce billet :
Racisme capillaire ? Quand Air France suggère le défrisage à ses employés aux cheveux afro

Un steward d’Air France ne peut plus exercer son métier à cause de sa coiffure afro

La compagnie Air France est en conflit depuis 10 ans avec Aboubakar Traoré, un steward portant des tresses africaines, une coiffure «non réglementaire», selon la compagnie. L’avocat d’Aboubakar Traoré a déposé une requête au tribunal des prud’hommes pour « atteinte à la dignité et discrimination ».

Son combat est soutenu par 89 organisations et associations

Le collectif « Hair France, touche pas à nos racines »

«Vos fiers cheveux ne doivent plus être des parties honteuses.» Tel est l’esprit de l’appel lancé, par le « Collectif Hair France, touche pas à nos racines ! »

Et 89 associations interpellent le gouvernement

89 organisations, soutenues par diverses personnalités politiques et de la société civile ont signé cet appel adressé au gouvernement français, afin qu’il «mette un terme au racisme capillaire qui atteint aujourd’hui encore, en France, dans le monde du travail, les personnes d’origines africaine et caribéenne».

Un règlement discriminatoire pour les cheveux afro

Et un manuel très strict

Porter une perruque ou être interdit de vol

Aboubakar Traoré, ce steward franco-ivoirien, est employé depuis 1998 par la compagnie Air France. En 2002, il commence à porter les tresses africaines, en 2004 il est repris par ses supérieurs hiérarchiques, en 2007 la situation se dégrade avec son employeur, qui lui impose de se couper les cheveux ou porter une perruque afin de cacher ses tresses africaines sous peine d’être interdit de vol.

L’humiliation d’Aboubakar Traoré

Cela fait donc 4 ans que le steward porte une perruque pour camoufler ses tresses africaines, ce qui l’a conduit à une lourde dépression. «Je me sentais ridicule, humilié, à chaque fois que je la portais, c’était une blessure».

Quand Air France incite ses employés aux cheveux afro à se faire défriser

Ingérence capillaire ?

Selon la compagnie Air France les tresses africaines ne représentent pas un aspect naturel. Plus encore, la compagnie aérienne préconise même aux employés aux cheveux crépus de se les faire défriser.

Ou négation d’une identité chèrement acquise ?

Mais selon Aboubakar Traoré, les tresses africaines ne sont pas une simple coiffure, mais avant tout «l’histoire d’un combat identitaire, une affirmation de soi».

L’affaire des tresses africaines a été portée devant le tribunal des prud’hommes pour «atteinte à la dignité et discrimination».

Et vous, vous feriez-vous défriser pour pouvoir travailler ? Pensez-vous que votre employeur devrait avoir un droit de regard sur votre coiffure ?

Aboubakar Traoré raconte son combat.

Partagez ce billet :

4 Responses to Racisme capillaire ? Quand Air France suggère le défrisage à ses employés aux cheveux afro

  1. guerin dit :

    Je suis blanche, mais avec les cheveux très frisés et crépus. j’ai 46 ans, il y a 30 ans les "coiffeuses" me disait que je ne pourrais pas avoir les avoir long et que j’avais les "cheveux négroides"…..Et voulaient en permanence me "défrisée". J’ai maintenant les cheveux long et je cultive ma différence !

  2. Black sugar dit :

    Je suis contre le défrisage mais également le port de la perruque pour un homme,mais à mon avis un black en tenue de ville et une belle coupe de cheveux fait beaucoup plus classe.

  3. Anissa dit :

    Non mais allo quoi ? Le pauvre il a vraiment l’air tout naze avec sa perruque…. Au secours Nabilla !

  4. Adeline dit :

    C’est inadmissible je ne connaissais pas ce cas… Quand on sait que la personnalité préférée des français porte les tresses, tout le monde trouve ça bien mais le pauvre Aboubakar Traoré n’est pas Yannick Noah…
    Merci pour toutes ces informations….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code